skipNavigation
mainMenu
container
footer
Histoire de Yongsan-gu
Origine de Yongsan-gu

Le district administratif de Yongsan-gu a été fondé le 17 avril 1896 sous le nom de Yongsanbang. L’ancien nom de Yongsanguyeokso fut remplacé par Yongsan-gu en octobre 1945, juste après la libération du joug impérialiste japonais, et il fut de nouveau renommé Yongsan-gu, municipalité spéciale de Séoul le 18 octobre 1946, et a été conservé jusqu’à présent. Le système de 'dong' qui représente l’unité administrative la plus petite, a été maintenu jusqu’à aujourd’hui, conformément à la demande de l’ordonnance précédente de l’administration municipale de Séoul en avril 1955.

Histoire de Yongsan-gu

Situé dans la partie centrale de Séoul, Yongsan côtoie Namsan au Nord-est et Hangang au Sud-ouest. Yongsan est une localité au passé historique, chérissant les traditions transmises depuis les temps anciens. Le plus vieux registre mentionnant Yongsan en tant que nom de localité, raconte l’histoire de deux dragons qui sont apparus au-dessus de Hangang au cours de la 21ème année de Kichal de Baekje, et le nom de Yongsan (montagne du dragon) fut adopté du fait que les montagnes environnantes dessinaient un dragon.

Traces de Yongsan
Le cœur de Séoul se prépare à l’envol du dragon au 21ème siècle
Le dragon est une créature imaginaire qui était considérée comme l’animal idéal, grâce à son intelligence et à sa force, depuis les temps anciens. Le dragon était représenté comme un animal possédant deux cornes sur la tête, un corps recouvert de pointes et des griffes acérées lui permettant d’éviter toute attaque. Il était également considéré que les dragons pouvaient voler au-dessus des nuages et ramper ou bondir. Une autre croyance lui accordait le pouvoir de se transformer à volonté. Du fait que les dragons étaient considérés comme la créature la plus propice, la position, le visage et les habits du roi reflétaient ceux du dragon. Le nom même de Yongsan s’inspire du dragon, le symbole de la prospérité et de la force.
Certains affirment que Yongsan fut nommé d’après les montagnes environnantes qui ressemblent à un dragon, et d’autres disent que le nom émane de la légende des deux dragons qui apparurent au-dessus de Hangang à l’époque de Baekjea, ce qui indique que Yongsan est une région propice. Yongsan se trouve au centre de la carte de Séoul. En termes de structures pour les transports urbains, Yongsan se situe à l’intersection des routes reliant Youngdeungpo, Youngdong et Sinchon. En ce qui concerne la nature, Yongsan accueille le lieu où Hangang, coulant d’Est en Ouest, et où les montagnes de Bukhansan, Namsan et Gwanaksan se rencontrent. En géomancie, Yongsan pourrait bien être la terre la plus propice, avec la montagne de Namsan au premier plan et le fleuve Hangang en arrière-plan.
Première ville satellite de Corée
Yongsan pourrait désigner une terre bénie qui a accompli des réalisations dignes de ce nom. Au cours de la dynastie de Chosun, il existait un quai encombré de navires et de marchands provenant de tout le pays. Au cours de l’histoire moderne de la Corée, Yongsan a servi de point de départ aux activités économiques capitalistes, et fut la première ville satellite de Corée.
Yongsan à l’époque de l’ouverture de la Corée aux étrangers
Le 6 octobre 1884, Yongsan devient une région ouverte où les étrangers étaient habilités à résider et à faire du commerce. En 1887, lorsque le travail de missionnaire fut librement autorisé, des français, des chinois et des japonais débarquèrent pour démarrer leurs activités religieuses et commerciales autour de Wonhyoro. En août 1888, un bateau à vapeur commença à naviguer sur le fleuve Hangang, et en 1891, l’école théologique de Yongsan fut construite, ce qui devint le premier séminaire et bâtiment d’influence occidentale érigé en Corée. Le 9 janvier 1900, un tramway reliant Seogye-dong à Wonhyoro 4-ga, en passant par Cheonpa-dong, fut inauguré. Grâce à ces développements, Yongsan est entré dans une période de modernisation.
Yongsan, la terre du dernier espoir
Malgré ses divers avantages géographiques, Yongsan a été négligé lors du processus de modernisation en raison du désavantage d’accueillir des forces étrangères stationnées pendant plus de 100 ans et le site ferroviaire occupant la partie centrale de Yongsan-gu. La plupart des résidents de Séoul, néanmoins, sont d’accord avec l’affirmation que Yongsan pourrait être la seule terre lucrative restante à Séoul, et ainsi, représenter une terre d’espoir. Le gouvernement central, ainsi que l’administration municipale de Séoul, placent beaucoup d’espoirs en Yongsan, comme en témoignent les inclusions de Yongsan dans chaque projet important du pays.